Arbres sorciers de Sterrebeek 555

Arbres sorciers de Sterrebeek 555

TEMPLIERS Les Templiers de Villers-le-Temple



Dalle funéraire de Gérard de Villers


LES TEMPLIERS DE VILLERS-LE-TEMPLE


Chef-lieu de l’Ordre du Temple en Hesbaye, Villers-le-Temple, situé à quelques kilomètres de Huy, et proche de l’ancienne chaussée romaine qui reliait Arlon à Tongres, est l’un des lieux templiers les plus connus de Belgique.

De la commanderie fondée par Gérard de Villers, il ne reste que les murs d’enceinte, quelques bâtiments agricoles et une tour (il y en avait quatre à l’origine, dont subsistent quelques vestiges), ainsi que quelques souterrains. La Maison du Temple, autrement nommée « château de Villers-le-Temple", a été détruite et remplacée par des bâtiments occupés actuellement par des particuliers (Parc Laurant). 

La tour qui subsiste peut être vue à une centaine de mètres de l’église du village. A proximité, sur le mur d’enceinte, une dalle a été apposée, assez récemment, qui est frappée de la croix du Temple.

Dans l’église du village, on peut admirer la dalle funéraire de Gérard de Villers, autrefois située dans la chapelle de la commanderie, également disparue. Cette dalle est l’une des rares représentations connues, et surtout d’époque,  d’un chevalier de l’Ordre du Temple. Il est vêtu du manteau frappé de la croix,  et il tient en ses mains épée et chapelet. 

Dans le premier extrait qui suit, le baron Chestret de Haneffe nous livre d’autres détails au sujet de cette commanderie.

Dans le second extrait, Léopold Devillers (qui établit en 1876, à la demande du gouvernement belge, un état des biens et possessions des commanderies de l’Ordre de Malte en Belgique, Ordre de Malte dont on sait qu’il « hérita » des commanderies templières en 1313), nous donne un aperçu fort détaillé des biens et possessions de l’Ordre de Malte à Villers-le-Temple. On peut supposer – mais dans quelle mesure ? – qu’ils devaient être équivalents à ceux de l’Ordre du Temple en 1313.

Charles Saint-André (2012)

*




L’ORDRE DU TEMPLE DANS L’ANCIEN DIOCESE DE LIEGE OU LA BELGIQUE ORIENTALE

Par le baron DE CHESTRET DE HANEFFE – 1901 (extrait)


PRINCIPAUTÉ DE LIEGE. 

Villers-le-Temple, en Condroz, à proximité de Huy. 

Le fondateur de cette maison s'appelait Gérard de Villers, d'où l'on peut inférer qu'en prenant le manteau blanc des Templiers, il leur donna la terre dont il portait le nom. Sa tombe en pierre bleue, qu'on voyait autrefois dans la chapelle de la commanderie, en face de 1'autel, se trouve aujourd’hui dans l'église de Villers. Il y est représenté en grandeur naturelle, sous une arcature trilobée en forme de dais, et vêtu de 1'habit de son ordre. Sa tête barbue est coiffée de la calotte en fer appelée cervelière. De la main droite, il s'appuie sur son épée, et de la gauche il tient un chapelet attaché à la ceinture. Sur son manteau, vis-à-vis du coeur, est appliquée la croix rouge, insigne des Templiers, dont la présence a ici pour effet de chasser le démon représenté par un serpent. 

Autour de la pierre se lit l’inscription suivante : 

Chi : gist : Freres : Gerars : de : Villers : Ki : ceste : maison : funda : proies : por : s'arme : si : trepassa : en : lan : del : incarnation : nostre : signor : Jhesus : Christ : mil : ce : et LXXIII : le :derien : ior : de : fevrier »

CI-GIT FRERE GERARD DE VILLERS, QUI CETTE MAISON FONDA. PRIEZ POUR SON AME. IL TREPASSA L’AN DE L’INCARNATION DE NOTRE SEIGNEUR JESUS CHRIST MCCLXXIII, LE DERNIER JOUR DE FEVRIER.

(Traduction en français moderne par Charles Saint-André)

Cette fondation n'est certainement pas postérieure à l’an 1257, où Gérard apparaît en qualité de commandeur des maisons du Temple en Brabant et en Hesbaye. 

Le 16 novembre 1260, du consentement de ses confrères, il fait un échange avec 1'abbaye de Flône (Chaussée Romaine n°2, 4540 Flône-Amay, Belgique – Note de Charles Saint-André), qui lui cède tous ses biens de Villers et de Clémodeau, y compris le droit de patronage sur l'église Saint-Pierre à Villers, contre d'autres biens que l’ordre possède à Geer, et une soulte de 300 marcs liégeois. 

On vient de voir que maître Gérard du Temple — c'est ainsi qu'on le nommait communément — mourut le 28 février 1273. Cet événement ne changea rien à la situation prépondérante que la maison de Villers devait à son fondateur : qui continua, probablement jusqu'à la suppression de 1'ordre, a être comme Ie chef-lieu du bailliage de Hesbaye. C'est ce que prouve le nom du successeur de Gérard, Renier de Villers ou dit de Villers qui, dans les actes publics, se qualifie tantôt maitre des maisons du Temple en Hesbaye (1275), tantôt commandeur de la maison de l’ordre en pays allemand (1292). 

Deux siècles plus tard, les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, successeurs des Templiers, se souvenaient encore de cette prééminence, puisqu'ils firent de Villers le siège d'une grande commanderie composée de toutes les maisons détachées du bailliage d'Avalterre (Chantraine, Belgique, province de Brabant – Note de Charles Saint-André). 

Suivant l'état fait en 1313, la maison de Villers possédait 94 boniers de terres arables, pouvant donner annuellement 6 setiers d'épeautre chacun; environ 30 boniers de terres incultes; 36 boniers de prés non loin de la maison et 8 autres qu'elle tenait en Oxhe (Fond d’Oxhe, Val d’Oxhe, près de Huy – Note de Charles Saint-André) environ 250 boniers de bois en trois pièces, rapportant chacun tous les dix ans à peu près 20 sols tournois, mais sur lesquels il convenait de tenir constamment deux gardes forestiers; 28 boniers de terres à Nandrin, dont on rendait chaque année 10 muids d'avoine. En outre, la maison possédait deux moulins rapportant annuellement 30 muids de seigle, plus ou moins. 


*


Tour templière à Villers-le-Temple
(Photo Charles Saint-André)



INVENTAIRE ANALYTIQUE DES ARCHIVES DES COMMANDERIES BELGES DE L'ORDRE DE SAINT-JEAN DE JÉRUSALEM OU DE MALTE

PAR LÉOPOLD DEVILLERS – 1876 (extrait)


Commanderie de Villers-le-Temple au pays de Liège.

Cette commanderie fut séparée de celle de Chantraine, en 1466. Son chef-lieu était à Villers-le-Temple, qui, son nom l'indique, appartint originairement aux Templiers. 

Ses principales possessions étaient : 

Le château de Villers-le-Temple et ses dépendances. 

(Le château de Villers consistait en un gros bâtiment, flanqué de quatre grosses tours, deux de pierre et deux de briques, le tout couvert d’ardoises, et en-dedans une petite cour carrée, où il se trouve trois tourillons en cul-de-lampe, bâtis depuis par différents commandeurs. Dans l'enceinte, près du corps de logis, est une chapelle, sous l’invocation de St-Jean-Baptiste, représenté sur un tableau en toile et bien peint en huile, au-dessus du tabernacle; laquelle chapelle se trouve bâtie de belle pierre de taille et briques, et bien couverte d'ardoises, avec son clocher  au-dessus couvert de même, deux moyennes cloches, etc. Les archives de la commanderie reposaient dans une tourelle de ce château).

La censé du Temple, près de Visé. 

Les moulins de Neufmoulin, dans la paroisse de Villers, et de Larmoulin, à Hondroux. 

La maison de refuge, dite du Temple, à Huy. 

Les censés de Lomprez, de Warnant, dite Monjoye, de Haneffe et de Bierset. 

La censé de Strée. 

La petite censé de la Sarte. 

La censé et le moulin de Leuse en Condroz. 

La censé d'Hargimont 

La petite censé de Bonneville. 

La censé de Marcinelle. 

La censé de Bertrandsart, dans la paroisse de Gerpinne. 

La censé de Tanton, en Ardenne. 

Les bois de Villers, de Frémieux, de Combien, de Fleuris (entre Villers et la Meuse), de Chaumont, de Halleux, de Bertrandsart, de Taulonnelle près de l'abbaye de Saint-Hubert, de Tanton, de Froidfontaine,. du Temple-lez-Florins, etc. 

Le commandeur était collateur des cures de Villers, de Strée, de Champion, de Bierset, de Flémalle, de Somme, de Samart, etc. 

Chaque censé avait une chapelle. 

Le revenu général de la commanderie était, en 1787, de 32.000 livres. 


La commanderie possédait les chapelles suivantes :

•  La chapelle Saint-Jean-Baptiste, située dans le château de la Commanderie à Villers-le-Temple.

•  Une chapelle à Haneffe.

•  La chapelle Saint-Jean-Baptiste à Marcinelle.

•  La chapelle du Temple de Visé

•  La chapelle de Longpré, près de Couthuin.

•  Une chapelle, en ruine, située à Monjoie près de Warnand

•  Une chapelle, en ruine, située à Leuze

•  La chapelle Saint-Jean-Baptiste, de l'hermitage de Tanton près de Froidefontaine.



La Croix sur le mur d'enceinte
(Photo Charles Saint-André)



Une brève description historique de l'Ordre du Temple ainsi que de ses hauts faits d'armes en Belgique peut être  lue sur






FACEBOOK