Arbres sorciers de Sterrebeek 555

Arbres sorciers de Sterrebeek 555

LA BELGIQUE D'ANTAN - Mitraillage du siège de la Gestapo à Bruxelles en 1943

 

Jean de Selys Longchamps à la base R.A.F. de Manston (2ème à partir de la gauche)


MITRAILLAGE DU SIÈGE DE LA GESTAPO A BRUXELLES EN 1943



Jean de Selys Longchamps en tenue d'officier de la Royal Air Force 

Jean de Selys Longchamps, né le 31 mai 1912 à Bruxelles et mort le 16 août 1943 sur la base de la Royal Air Force située à Manston (comté de Kent, en Angleterre), est un officier de cavalerie de l'armée belge (lieutenant de réserve au 1er Régiment des Guides) qui, au début de la Seconde Guerre mondiale, réussit à gagner le Royaume-Uni et à s'engager dans la Royal Air Force, au 609th Squadron, après un périple qui le mènera de la France au Maroc - où il est arrêté par les autorités de Vichy - puis du Maroc à la France où il est interné dans un camp dont il s'évade pour passer en Espagne et enfin en Angleterre.

Il doit sa notoriété à l'audacieux mitraillage du siège de la Gestapo à Bruxelles, au n° 453 de l'avenue Louise, le 20 janvier 1943.



Attaque du siège de la Gestapo à l'avenue Louise

Ayant étudié la position géographique exacte de l'immeuble de douze étages qui était entièrement occupé par les bureaux de la Gestapo, Jean de Selys Longchamps réalisa que le bâtiment se situait sur l'avenue Louise exactement dans l'axe de l'avenue Émile De Mot.

Le matin du mercredi 20 janvier 1943, vers 9 heures, après une mission de bombardement d'une gare de triage dans la région de Gand, et sans l'autorisation de ses supérieurs, il survole Bruxelles au ras des toits pour déjouer l'artillerie anti-aérienne allemande. Remontant l'avenue des Nations (actuelle avenue Franklin Roosevelt) depuis l'hippodrome de Boitsfort, il vire légèrement à gauche, et place son chasseur Hawker Typhoon, en rase-motte, dans le sillage de la large avenue Émile De Mot qui borde l'abbaye de la Cambre, pointant sur l'immeuble de la Gestapo qui, avec quelques bâtiments voisins, lui barraient l'horizon. Avec le rez-de-chaussée de la Gestapo dans sa ligne de mire, il ouvre le feu de ses quatre canons de 20 mm et, au fur et à mesure de son approche, il relève le nez de son avion de telle sorte que son tir balaye la totalité de l'immeuble de bas en haut, faisant voler en éclats les fenêtres de chaque étage, le tout en une vingtaine de secondes. Il passe ensuite au ras du toit plat de l'immeuble, où se trouvait une batterie de la Flak (batterie anti-aérienne allemande) qu'il réduit à néant avec ses servants. Dans l'heure qui suit, il atterrit sain et sauf en Angleterre.

La Gestapo releva des morts et des blessés à tous les étages et, pendant plusieurs jours, les Bruxellois, en silence, mais dans une attitude très ironique, défilèrent sur le trottoir d'en face au grand dam des nazis qui s'affairaient à restaurer la façade ouverte à tous vents.

Le mitraillage de Jean de Selys Longchamps fut d'une telle précision qu'il ne toucha aucun des immeubles voisins. A son retour à Manston, il est rétrogradé au rang de lieutenant pour cette diversion non prévue dans l'ordre de mission, mais recevra plus tard deux décorations de prestige, la Distinguished Flying Cross britannique et la Croix de Guerre belge. 

L'immeuble mitraillé existe toujours, et une plaque commémorative a été apposée à son entrée.

Sur le dessin ci-dessus reconstituant cette attaque, on peut voir les deux drapeaux - un belge et un britannique - que l'aviateur aurait lâché au-dessus de l'avenue De Mot au cours de son vol d'approche. Mais c'est peut-être là un embellissement de sa légende... Plusieurs sources confirment le lâcher de drapeaux, mais peut-être en d'autres endroits de la ville... On peut en effet se poser la question de savoir s'il aurait eu l'occasion et le temps d'ouvrir son cockpit et de larguer des drapeaux au cours de son vol au-dessus d'une avenue De Mot longue d'à peine 300 mètres, occupé qu'il était à régler son cap, sa vitesse et son tir.

Décès

Jean de Selys Longchamps meurt le 16 août 1943 sur la base R.A.F. de Manston, après s'être écrasé à l'atterrissage au retour d'une mission sur Ostende. Il est enterré au Minster Cemetery, tombe 3002A, tout près de l'aérodrome de Manston à Thanet, Kent. Sa tombe porte la mention suivante :

Flight Lieutenant

Baron J M P M G 

De Selys Longchamps D.F.C.

Pilot

Royal Air Force

16th August 1943 - Age 31


Hommage

Une statue de Jean de Selys Longchamps sur l'avenue Louise à Bruxelles a été inaugurée en 1993, soit 50 ans après son acte de bravoure.

La statue de Jean de Selys Longchamps
à l'avenue Louise, Bruxelles (Photo Paul Boedts)

Le 16 août 2013, l'association belge Wings Of Memory organisa un Mémorial pour le 70ème anniversaire de la mort de Jean de Selys Longchamps au cimetière de Minster-in-Thanet, en coopération avec les autorités locales, la Force Aérienne Belge, les N° 3 et 609 Squadrons de la Royal Air Force, et en présence de membres de la famille de Jean. Pour lui rendre hommage, des Typhoon du N° 3 Squadron et des F-16 belges survolèrent la cérémonie.

L'hommage floral à la tombe de Jean de Selys Longchamps (à droite) le 16 août 2013

Famille

Jean de Selys est l'oncle paternel de Sybille de Selys Longchamps, mère de Delphine de Saxe-Cobourg.


Son avion 


Un Hawker Typhoon du 609th Squadron de la R.A.F. basé à Manston, en 1943,
identique à celui que pilota Jean de Selys Longchamps lors du mitraillage du siège de la Gestapo.


Rapport de la R.A.F. indiquant les circonstances de la mission "Rhubarb" du 20 janvier 1943, et confirmant l'attaque du Quartier Général de la Gestapo ainsi que le lâcher de drapeaux. Egalement mentionné, le sergent Blanco, l'ailier de Jean de Selys, qui l'accompagna jusqu'à Gand puis retourna à la base de Manston sur ordre de Jean. (Cliquer pour agrandir).



Jean de Selys Longchamps à Duxford (3ème depuis la gauche) et le sergent Blanco, son "wingman" à sa gauche

Le ministre belge Pierlot décore Jean Selys de Longchamps
de la Croix de Guerre le 21 juillet 1943





 (Diverses sources, dont Wikipedia, Wings Of Memory, les Vieilles Tiges, etc)

LISTE GENERALE DES DOCUMENTS

AFFICHES "ART NOUVEAU" DE HENRI PRIVAT-LIVEMONT